Créer un site internet

Mieux supporter la chaleur tropicale

En climat tropical, trois facteurs constituent des stress thermiques: le rayonnement intense direct ou indirect du soleil sur la peau, la grosse chaleur ambiante, un fort degré d'hygrométrie. Chaque facteur pris isolément peut entraîner la surchauffe du corps. Ils peuvent évidemment se cumuler en climat tropical!
Que faire pour moins surchauffer?

Préambule

Avant de développer ces facteurs de stress thermique, faisons un petit rappel sur la régulation de notre température corporelle.
En climat tempéré, notre température interne, maintenue aux alentours de 37°C, résulte d'un équilibre entre la chaleur produite par nos organes plus celle venant potentiellement de l'environnement, et les pertes de chaleur par radiation, conduction, convection et évaporation au niveau de notre peau.
Un apport supplémentaire de chaleur par l'environnement (rayonnements, air chaud) ou lors d'un effort physique déséquilibre le système, qui répond en activant deux mécanismes physiologiques: la dilatation des vaisseaux sanguins de la peau et la transpiration.
Transpirer ne refroidit pas le corps, c'est l'évaporation de la transpiration sur la peau qui refroidit. En effet, l'eau liquide a besoin d'énergie pour s'évaporer et cette énergie est la chaleur de la peau : plus la transpiration s'évapore sur la peau, plus la peau se rafraîchit.
Ces deux mécanismes participent à la thermorégulation et permettent d'ajuster les pertes de chaleur au besoin de refroidissent de notre corps. Ces différents aspects sont développés dans « s'acclimater à la chaleur ».

Partons ici du principe que notre température interne est déja trop élevée  et que notre corps a besoin de se refroidir en utilisant les mécanismes de dissipation de chaleur dont il dispose: par radiation, convection et évaporation.
Prenons les facteurs de stress un à un, voyons en quoi ils compromettent la thermorégulation et comment y remédier.

Le rayonnement solaire empêche le rafraîchissement par radiation

Bronzette, grand trajet en dinghy pour explorer l'îlot là-bas au loin, marche pour rejoindre le village de l'autre côté de la montagne, sous un soleil de plomb ... La peau émet moins de rayons infrarouges calorifiques qu'elle n'en reçoit par les rayons solaires directs et réfléchis par la mer ou les surfaces. Aucune perte de chaleur par radiation n'est possible, bien au contraire, notre corps se réchauffe encore plus par radiation.

Que faire ? 
Se rafraîchir en se mettant à l'ombre … (oui mais... parfois on ne peut/ veut pas!)

Dit autrement: comment limiter la surchauffer par radiation ?

  • s’asseoir (une personne debout capte plus de rayonnement solaire qu'une personne assise)
  • porter des vêtements amples (pour qu'ils captent le rayonnement solaire à une certaine distance de la peau et en dissipent une partie dans l'air)
  • porter des vêtements sombres (qui limitent l'absorption de chaleur par rayonnement )
  • porter un chapeau laissant circuler l'air et protégeant la tête et la nuque
  • porter des vêtements sur une partie importante du corps (pour limiter la surface de peau exposée aux rayonnements)
  • installer des ombrières

L'air trop chaud (> 35°C) réchauffe la peau par convection au lieu de la rafraîchir

La vasodilatation cutanée (= dilatation des vaisseaux sanguins de la peau) fait affluer le sang dans la peau qui se réchauffe, mais en général pas au delà de 35°C. Lorsque la température ambiante excède les 35°C, l'air ne rafraîchit plus la peau par convection, au contraire il chauffe encore plus la peau et le sang qui y circule. Les échanges thermiques par convection sont inversés.

Que faire ?

  • Eviter que l'air ne soit trop chaud : limiter l'utilisation de la gazinière en mangeant des repas froids, limiter l'usage des appareils électriques dégageant de la chaleur
  • Remplacer l'air chaud par un milieu frais : climatisation (encore faut-il en avoir...) ; bain prolongé dans une eau à moins de 35°C ET qui circule sur la peau (choix crucial entre se rafraîchir dans la mer et risquer de se faire goûter par un requin dans ladite mer...)
  • Favoriser l'évaporation sur la peau car c'est le seul mécanisme vraiment efficace pour rafraîchir le corps :
    • ​​​​​en s'hydratant de manière adaptée (pour compenser les pertes et avoir encore de l'eau à transpirer)
    • en essuyant l'excès de transpiration sans sécher complètement la peau ( sinon il n'y a plus rien à évaporer)
    • en s'éventant, en se plaçant devant un ventilateur (uniquement si l'air n'est pas saturé en humidité)
    • en ne s'arrosant pas (la peau est déjà trop mouillée)
    • en portant des vêtements absorbant bien la transpiration (ex. coton), légers ( = ne gênant pas l'évaporation de la transpiration) , ajustés (afin que la chaleur nécessaire à l'évaporation soit prise dans la peau et non dans l'air ambiant).

l'air chaud est saturé en humidité (hygrométrie voisine de 100%), l'évaporation de la transpiration est impossible

L'air ambiant est chaud et saturé en humidité (degré d'hygrométrie = taux d'humidité proche de 100 %), il ne peut pas contenir plus de molécules d'eau.
La transpiration s'accumule sur la peau sans pouvoir s'évaporer. La température interne reste trop élevée ce qui fait transpirer encore plus. On ne fait que transpirer et cela ne refroidit absolument pas le corps.
C'est typiquement la situation où le risque de faire des malaises dus à la chaleur est le plus important. Tout le monde est concerné, bien que certaines personnes y soient plus sensibles ( très jeunes enfants, personnes âgées, personnes en mauvaise condition physique ...)

Ce qu'il faut éviter de faire: s'éventer (les muscles travaillent et chauffent), utiliser un ventilateur ( il renouvelle l'air trop chaud sur la peau), s'asperger d'eau (la peau est déjà trop mouillée)

Que faire ?

  • s'hydrater de façon adaptée avec des jus de fruits dilués, des bouillons, des boissons de réhydratation pour sportifs, de l'eau de coco (on peut perdre jusqu'à 10 litres d'eau par jour et beaucoup trop de chlorure et de sodium dans la transpiration)
  • essuyer l'excès de transpiration (qui ne sert à rien)
  • se mettre au repos (éviter au maximum le travail musculaire qui augmente encore la chaleur interne)
  • refroidir son corps : climatisation, bain dans de l'eau fraîche QUI CIRCULE sur la peau (l'évaporation est impossible sous l'eau et l'eau se réchauffe au contact de la peau), poches de glace sur différentes parties du corps...

Conclusion

Vivre en climat tropical pousse régulièrement notre organisme dans ses limites pour lutter contre la surchauffe, d'autant plus si le degré d'hygrométrie est important. En vivant sous les Tropiques, nous sommes au maximum de nos performances pour lutter contre le chaud car nous avons eu le temps de nous acclimater, ce qui n'est pas le cas de nos amis-familles-touristes qui viennent se réchauffer sous les Tropiques pendant leur hiver métropolitain!
Adapter notre comportement aux stress thermiques subis peut éviter de franchir les limites physiologiques de la thermorégulation donc de minimiser les risques d'apparition de troubles, de malaises dus à la chaleur comme le mal de tête, l'épuisement sans raison apparente, les crampes, le coup de chaleur...
Le conseil fondamental est de s'hydrater convenablement, en quantité et en qualité, afin de compenser les pertes très importantes d'eau et de minéraux dans la transpiration.

 
  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×